Connexion...
 Liste des membres Membres: 29

membres 10 derniers membres:
   alex67   souris   chaussure_femme_bott   audwey4   Lumumba   xbraandon   chiripa14   aragone   KART   sioufa   

Votre pseudo:

Mot de passe:

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


  Membre en ligne: 0
  Anonyme en ligne: 1
Les dossiers

Fermer 1. Histoire antique

Fermer 2. Moyen-âge

Fermer 3. Histoire moderne

Fermer 4. Histoire contemporaine

Fermer 5. Géographie

Fermer 6. Enseignement

Fermer 9. Histoire en vidéo

Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
S'abonner
Se désabonner
17 Abonnés
Partenaires
Webring Histoire de France

Site au hasard
Voir la liste
< Précédent Suivant >
Webmaster - Infos
Visites

 131022 visiteurs

 1 visiteur en ligne

5. Géographie - La Russie : introduction et historiographie
Introduction :

La population russe est aujourd’hui de 143 millions d’habitants. Le dernier recensement est celui de 1989 et il est estimé à 147 millions d’habitants => diminution de la pop

La Fédération de Russie est un Etat multinational : il y a quatre grands groupes principaux :

Le groupe Slave comprenant les Russes, les Ukrainiens, les Biélorusses et autres populations indo-européennes comme les Ossètes, les Allemands et les Arméniens. (85% de la population de Russie. L’orthodoxie domine.

Le groupe altaïque comprenant les Tatares, les Tchouvaches et les Bachkirs. (9% de la population de Russie). L’Islam domine.

Le groupe caucasien avec principalement les Tchétchènes. (3% de la population de Russie). L’Islam domine.

La famille Ouralienne qui comprend principalement les Mordves et les Oudmourtes. (2% de la population). Le chamanisme domine.

Les autres populations indéterminées (1% de la population de Russie).

La Fédération de Russie a prit la place de la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie (RSFSR) le 25 décembre 1991.

L’historique de la Russie :

On considère que la principauté de Kiev fut au Xème siècle le premier Etat Russe. C’est un Etat Païen contrairement au reste de l’Europe qui est christianisée. En 988 à lieu le baptême de la Russie avec le grand prince de l’époque : Vladimir. Il se baptise et fait baptiser toute la ville de Kiev. Mais attention, la Russie Kiévienne adopte le christianisme oriental dominé par Byzance : l’orthodoxie.

Au XIIIème, le centre de gravité du pouvoir se déplace dans la principauté de Moscovie. Cela est du à l’invasion des armées mongoles parmi lesquelles figurent les tatars.  Les russes vont s’allier aux tatars pour lutter contre les raids des chevaliers teutoniques. Ce sont donc les Tatars qui dominent cette principauté de Moscou.

Au XVIème siècle, la Russie s’affirme comme un Empire. C’est exactement en 1553 qu’est né l’empire tsariste lorsque le prince de Moscou, Ivan IV le terrible prit le titre de « tsar de toutes les Russies ». Il a réussi la conquête de Kazan, la capitale des Tatars. Il domine une population étrangère et fonde donc un empire. Dés lors, l’histoire de la Russie coincida avec l’extension territoriale du pouvoir impérial et la domination de nouvelles populations dont certaines n’étaient ni slaves ni orthodoxes. Les principales conquêtes furent réalisées sous les règnes de Pierre le Grand (1695-1723) et de Catherine II (1762-1796). L’expansion s’est opérée en direction de la mer baltique, sur les bords de laquelle Pierre fonde la ville de Saint Pétersbourg en 1703 et qui devint la capitale jusqu’en 1917. Il prend aussi possession de la Finlande, des pays baltes. Ensuite on a la conquête de la Pologne, des rives septentrionales de la mer noire et du Caucase. Enfin l’empire s’étendit vers l’est en Sibérie et en extrème-orient et même au-delà puisque la Russie conquit l’Alaska qui fut ensuite vendue aux E-U pour 8 millions de dollars en 1867. Une politique de colonisation pionnière accompagna la construction du chemin de fer transsibérien achevée en 1905. L’expansion fut confiée aux cosaques, paysans soldats qui créèrent des villages de colonisation.

Le début du XXème est marqué par un rétrécissement du territoire de la Russie. Elle a des difficultés à gérer tous ces peuples. A l’issue de la 1ère guerre mondiale et de la Révolution Bolchevique. D’une part, la Finlande, la Pologne, les Pays-Baltes accédèrent à l’indépendance. D’autre part, l’Ukraine et la Transcaucasie (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie) proclament aussi leur indépendance. En 1917, les bolcheviques prennent le pouvoir. Ils créent l’URSS en 1922. Les critères pour déterminer les frontières des républiques fédérées au sein de l’URSS fut celui de la nationalité : il fallait qu’elle soit périphérique, que la nationalité éponyme y représente une majorité et qu’elle est une pop de + d’1 million d’habitants. C’est en 1936 avec l’adoption de la nouvelle constitution de l’URSS que les frontières entre les républiques fédérées furent fixées. Durant cette période, il y a une répression très forte et un contrôle important de la part du régime et de Staline. On a de nombreuses déportations dans les goulags, une collectivisation des terres.

Une phase d’extension reprend pendant et après la seconde guerre mondiale. En 1940, l’URSS annexe les 3 républiques Baltes qui deviennent des républiques fédérées. Elle intègre aussi l’Ukraine subcarpatique, la Ruthénie au détriment de la Tchécoslovaquie et de la Hongrie, la Moldavie au détriment de la Roumanie. La RSFSR intègre aussi de nouveau territoires comme la région de Kaliningrad et les îles occupées au détriment du Japon comme Sakhaline ou les îles Kouriles. En 1956 la Carélie perdit son statut de république fédérée pour devenir république autonome au sein de la RSFSR.

Le maillage territorial de la RSFSR et de la Russie actuelle, à quelques modifications près, est calqué sur celui de l’Empire. Bel exemple de continuité à travers trois régimes. Le maillage administratif est page 9. L’échelon Okroug fédéral a été crée en 2000.

En Russie, la nationalité est différence de la citoyenneté. Les papiers d’identité portent les deux mentions. La nationalité en Russie c’est l’origine ethnique. L’appartenance à une nationalité est déterminée en grande partie par la langue maternelle. La citoyenneté s’applique en fonction du droit du sol. Les enfants nés de parents qui résident sur le territoire de l’Etat ont droit à en obtenir la citoyenneté. Ex : Un tatar est un citoyen russe, mais de nationalité tatare. Ce qui est important, c’est la nationalité. Roussky, c’est la nationalité. Rossïisky cela désigne la citoyenneté.

La base du système soviétique fut le socialisme, mis en place par la collectivisation des moyens de production, qui devait mener au communisme, d’après le célèbre schéma de Marx, société dans laquelle les classes sociales auraient disparu. L’abolition de la propriété privée devait conduire à la disparition de la bourgeoisie en tant que classe. Les soviets (expression du peuple révolutionnaire qui était censé représenter l’intérêt général), devaient permettre le dvt harmonieux des relations entre les individus (de chacun selon ses capacités à chacun selon ces besoins). En fait le pouvoir glissa pendant la période stalinienne au parti communiste au détriment des soviets ce qui ouvrit la voie au système de commandement et de planification centralisé. Cela concerne la terre dont la propriété privée est abolie. Elle est mise à la disposition des entreprises publiques ou à des ruraux pour y bâtir une maison et y pratiquer des cultures à usage personnel. Les citadins ont le droit d’acquérir une datcha dés 1982. Dans les villes, on a une absence de marché foncier. Les ressources naturelles comme l’eau deviennent aussi propriété de la collectivité. Enfin toutes les activités sociales furent collectivisées : ce fut le cas du secteur bancaire avec la création d’une banque d’Etat, de toutes les branches de l’industrie, de tous les modes de transport, du commerce, de la santé, de l’enseignement, de la recherche, de la culture et des loisirs qui furent gérés par des organismes publics qui dépendaient directement de l’Etat. La population se composait donc presque exclusivement de salariés. La propriété privée individuelle fut limité à la maison, à l’appartement, aux objets d’usage personnel (voiture, livres, meubles…). Le rétablissement d’un secteur privé débuta pendant la période de la pérestroïka entamé en 1985. En 1992, la Russie entre dans un cycle de privatisations accélérées.

Certains secteurs ont eu les moyens de se moderniser comme le complexe militaro-industriel (VPK en russe), consacré à la course aux armements. Cela a joué un grand rôle dans l’essoufflement de l’économie soviétique.

En janvier 1949, l’expansionnisme soviétique s’affirme encore à travers la création du Conseil d’assistance économique mutuelle (CAEM), plus souvent désigné sous le sigle anglais Comecon, qui répond à la fondation de l’Organisation européenne de coopération économique (OECE), corollaire du plan Marshall. Le Comecon a pour tâche de favoriser les échanges économiques ainsi que la coopération scientifique et technique entre les démocraties populaires, et d’accélérer leur intégration économique dans une zone sous contrôle de l’URSS. En réponse à cette création, le 4 avril, les puissances occidentales créent l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), qui assure aux Européens l’alliance des États-Unis contre toute agression.

Les entreprises avaient un grand rôle social. Travailler dans une grande entreprise procurait un certain nombre d’avantages sociaux : infrastructures médicales pour certaines, équipements sportifs et culturels, maisons de repos, parfois même leurs propres exploitations agricoles… Certaines constituaient un véritable « Etat dans Etat ». Les entreprises soviétiques ont toujours manqué de main-d’œuvre.  Le caractère extensif maintenait un faible niveau de productivité et par conséquent de grands besoins en main-d’œuvre. L’offre d’emploi ne parvenait pas à être satisfaite. De plus l’absentéisme était un mal chronique puisque les salaires étaient versés quoi qu’il arrive car les entreprises préféraient cette tolérance à la perte définitive d’un employé. Pour remédier à cette situation, des primes furent introduites dans les années 70 car le mouvement « stakhanoviste » avait montré ses limites. Dans le stakhanovisme, du nom du mineur Stakhanov qui avait fortement augmenté la productivité de son travail, le stimulant était exclusivement d’ordre moral. On affichait les noms et les photographies des « meilleurs » salariés dans l’entreprise : c’était la récompense de cette émulation socialiste.

Le système donnait le sentiment à la population que tout se décidait en haut lieu. Une grande partie de la population se résignait à la passivité. Les années 1985-86 créèrent un grand espoir. Depuis ce début de XXIème siècle, la contestation est de nouveau peu appréciée par le pouvoir. Le sentiment d’impuissance face à une élite qui détient tous les pouvoirs pèse à nouveau sur la société.

 


Date de création : 12/03/2009 - 15:49
Dernière modification : 14/03/2009 - 12:11
Catégorie : 5. Géographie
Page lue 3294 fois


Prévisualiser Prévisualiser     Imprimer l'article Imprimer l'article

Publicité





Texte à méditer :  "Les hommes n'acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise"   Jean Monnet (1888-1979)
^ Haut ^